Le lys dans la vallée – Honoré de Balzac

Le Lys dans la vallée de Balzac attendait sur mon étagère depuis une bonne année déjà. J’avais trouvé cette édition dans un vide-grenier, c’est une version mini avec quelques images-gravures à l’intérieur, que je trouve vraiment jolie !

Le lys dans la vallée

Félix de Vandenesse est un jeune garçon, mal aimé par sa famille, qui trouve refuge un été dans l’Indre chez des amis de ses parents disposés à l’accueillir. Il fait bientôt la connaissance de ses voisins, le comte et la comtesse de Mortsauf, et leurs enfants Madeleine et Jacques. Débute alors une histoire passionnelle, platonique, dévastatrice, entre Félix et celle qu’il appelle Henriette, avec en toile de fond les 100 jours et le retour au pouvoir de Louis XVIII.

La morale à ses ruisseaux d’où les gens déshonorés essaient de faire jaillir sur les plus nobles personnes la boue dans laquelle ils se noient.


Si vous aimez…

Les histoires passionnelles
L’histoire en toile de fond (les 100 jours ici )
La campagne


Ou et quand le lire ?

Au printemps, ou à la fin de l’été, dans un parc ou un jardin

Vous aimerez aussi:

La princesse de Clèves, Madame de la Fayette
L’éducation sentimentale, de Gustave Flaubert
Une vie, de Guy de Maupassant
Volupté, de Sainte-Beuve– Balzac a totalement repris Le lys dans la vallée après l’avoir lu


Mon avis :


Alors, pour être honnête, la première chose qui m’est venue à l’esprit en le refermant, c’est ENFIN. C’est long, très long, et quand on y réfléchit, en termes d’action il ne se passe quasiment rien, notamment dans la première partie du roman. MAIS, c’est Balzac. C’est-à-dire que c’est beau, c’est très beau, et on veut s’arrêter à chaque page pour noter les citations, tellement c’est bien écris.
Voyez plutôt :
Je suis trop heureuse, pour moi le bonheur est comme une maladie, il m’accable et j’ai peur qu’il ne s’efface comme un rêve.
Pour ça, je suis obligée de le conseiller. Les sentiments amoureux, la dévotion, la folie, sont extrêmement bien décrites, on entre au plus profond de l’esprit des personnages. On est tout à fait désespéré avec eux (surtout quand on voit tout ce qu’il nous reste à lire ! – je plaisante)
Je dirais donc, lisez le si vous avez le temps, et que vous avez déjà l’habitude de lire Balzac ou des auteurs de cette époque. Si c’est une première, commencez peut être plutôt par Ferragus, la Peau de chagrin, qui sont plus abordables, mais avec l’écriture formidable de Balzac, qui est un de mes auteurs préférés tout de même.
Apprenez que tout ce que je puis avoir de grand en moi vient de vous. Ne savez-vous donc plus que je suis votre ouvrage ?


Moi après 10 pages de descriptions et de lamentations de Félix

Vous l’avez lu ? Si oui qu’en avez vous pensé ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et pourquoi ne pas lire...

Bien, Revenir au classique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *